BILLET DE L’AMBASSADEUR : « Utiliser la monnaie locale fait partie des choses que l’on peut faire si l’on veut s’investir dans la défense de nos territoires ».

 

A titre d'ambassadeur de la monnaie locale le Retz'L, j'ai pu converser avec beaucoup d'entre vous, producteurs locaux ; maraîchers ; artisans ou particuliers. Vous étiez immanquablement conscients des difficultés à conserver des activités de proximité saines face au gigantisme des conglomérats. Une mondialisation reposant sur la finance dérégulée et l'urbanisation progresse à grands pas tandis que nos territoires déclinent.


Partout, des exploitations ferment à tour de bras. Le site Planetscope donne en temps réel des chiffres qui doivent nous alarmer : 4114 fermes ont mis la clé sous la porte depuis le 1er janvier au moment où j'écris ces lignes. Ce lien a été consulté deux fois à 3 semaines d'intervalle. Pas moins de 400 fermes ont disparu dans ce laps de temps, le premier chiffre était d'environ 3700 fermes ; avec une moyenne de 200 fermetures par semaine ! Les agriculteurs parvenant à se maintenir à flot sont réduits à fournir les grands groupes de distribution à des tarifs dérisoires consumant tout espoir de marge raisonnable et causant de grandes souffrances aux travailleurs de la terre. Artisans ; restaurateurs ou professionnels de la culture ; ceux-là ne sont pas moins affectés par cette concentration profitable aux grandes groupes. In fine, nous savons depuis longtemps notre écosystème et nos corps incapables de supporter ce monde dystopique tout-industriel promis par la financiarisation n'ayant d'autre fin qu'elle-même.


Néanmoins, les pistes pour des alternatives ne manquent guère. Le problème réside dans le fait de ne pas les explorer. Mettre en adversité villes « mondialisées » et province est moins de nature à nous apporter l'indispensable équilibre entre innovations utiles et pérennité de nos acquis qu'à attiser des tensions déjà trop exploitées. Tant pour des raisons économiques et écologiques que de paix sociale; gardons-nous de boire le calice de ce manichéisme jusqu'à la lie et recherchons des dénominateurs communs : le désir de s'adapter aux nouvelles technologies, de vivre sainement, ou encore de s'investir dans les processus de notre société.


Julien Lassourd, gérant du bar "YOU!" à Nantes, fait remarquer que la façon de dépenser notre argent revête aussi une portée politique car « notre bulletin de vote est dans notre porte-monnaie ». Utiliser la monnaie locale fait partie des choses que l'on peut faire si l'on veut s'investir dans la défense de nos territoires par la dynamisation des circuits courts.


A ceux qui utilisent le Retz'L, mais aussi aux usagers des près de 2500 monnaies complémentaires du monde, merci encore d'accompagner ce modeste dessein parmi tous ceux voués à une société plus équilibrée et responsable. Aux novices, j'ai le plaisir de partager avec vous quelques éléments afin d'appréhender la thématique de l'économie sociale et solidaire. Vous retrouverez ces ressources au bas de ce billet (1).


Kéllian L-Boruta, ambassadeur du Retz'L.

1 – Pour aller plus loin:

Mieux comprendre la monnaie locale avec Stéphane le Stéfanois : https://www.youtube.com/watch?v=8fljjtCPZ8E
Liste des monnaies locales en France sur wikipédia.
MLCC, le réseau des monnaies locales complémentaires en France.

2 réflexions au sujet de « BILLET DE L’AMBASSADEUR : « Utiliser la monnaie locale fait partie des choses que l’on peut faire si l’on veut s’investir dans la défense de nos territoires ». »

  1. Ping : « Utiliser la monnaie locale fait partie des choses que l’on peut faire si l’on veut s’investir dans la défense de nos territoires ». | K. Boruta.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *